Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Partagez
    avatar
    Sam Baldwin

    Masculin Nombre de messages : 201
    Age du personnage : 27 ans
    Date d'inscription : 16/03/2007

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Sam Baldwin le Sam 9 Juin - 14:28

    Dorian Heimdall et Phoebe Halliwell viennent de Vague de chaleur à San Francisco.


    Lentement, l’aube arriva, mais Dorian Heimdall dormait toujours, le bras enroulé autour du corps nu de Phoebe Halliwell. Les rayons du soleil matinal de Chine se faufilant entre les branches d’un cerisier allèrent l’éblouir le visage du fils du Temps qui se réveilla doucement en grimaçant.

    Les deux tourtereaux, c'est-à-dire, Dorian Heimdall et Phoebe Halliwell, après avoir quitté le Hell’s Fire Club dans une luxueuse limousine noir où ils passèrent le voyage à s’embrasser et à se chauffer encore et encore, étaient arrivés à Chinatown, au pied de l’immeuble de monsieur Hiro. Là-bas, en portant dans ses bras la demoiselle, Dorian entreprit de monter les douze étages par les escaliers avant de pousser la porte du toit.

    C'est ainsi, les yeux et la mine émerveillé qu’il déposa Phoebe sur l’herbe d’un immense jardin orientalisant. Ici, dans ce jardin tout en haut de l’immeuble de monsieur Hiro, un véritable coin de Chine y avait été créé par magie depuis maintenant des années. Lorsqu’on regardait l’horizon, des rizières, des montagnes, des forêts, et leurs temples et pagodes aux toitures courbés, formaient un envoutant paysage que les deux tourtereaux avaient prit le temps un long moment d’admirer.

    Ils n’étaient plus à San Francisco dans ce jardin, mais bien en Chine, et tout ici le leur rappelait. La musique lointaine, les lanternes en papier, et l’odeur suave des encens porté par le vent. Oh oui, tout était propice au romantisme, et ce fut dans un raz-de-marée sans nom, qu’ils se donnèrent l’un à l’autre sur un simple tapi de soie déposé sous un cerisier.

    Plus rapide et plus rapide encore, passant de tendresse à brutalité modérée, dans une passion sauvage et peu commune, Dorian Heimdall lui avait fait l’amour, il l'avait possédé, il l'avait prise comme il l'avait désiré depuis si longtemps. Oh, il était important de souligner que pour une fois, il n’avait pas baisé, mais prit le temps de s’unir dans un pur moment de passion. Savourant le corps de la belle Halliwell de toute part et jusqu’au moindre recoin, le choyant, cet objet de tous ses désirs avait su faire de lui ce que la sorcière voulait.

    Tout s’était passé tellement merveilleusement bien. Aucun accrochage, aucun dérapage, rien. Les deux amoureux d’un soir avait joueur leurs rôles. Lui l’homme fort et viril et elle la femme désirable et sulfureuse, et ce mélange explosif avait donné un véritable feu d’artifice de jouissance. Après, restait à savoir ce qu’il en était pour la Halliwell, mais pour Dorian, ce fut véritablement le Nirvana.

    Après le passage dans le ciel d’oies, le silence revenu, il s’étira nu, prenant soin de ne pas réveiller la belle sorcière qui dormait blottie tout contre son corps, un drap de soie autour d’elle. Il caressa ses joues barbues pour se réveiller un peu plus, et il s’étira à nouveau en marmonnent. Dorian était satisfait de sentir son corps souple, athlétique et velu, apaisé par une folle nuit d’amour et de sommeil prolongé. Doucement, il se leva pour aller regarder le paysage qui s’étendait grâce à la magie de Hiro Ma au-delà le muret du balcon, à perte de vue.

    C’était magnifique. Le soleil filtrait à travers les branches des arbres, s’amusant en de multiples reflets sur une rivière en contrebas. L’air doux du lointain le revigora d’avantage, alors qu’il se mit à réfléchir à ce qu’il s’était passé cette nuit avec Phoebe Halliwell. Alors, ils avaient couchés l’un avec l’autre sur un tapis de soie. Est-ce que cela était-il lourd de conséquence pour lui maintenant ?

    Devait-il prendre la poudre d’escampette ? Bien qu’il appréciait énormément cette jeune femme, qu’elle avait envouté son être, déposé au fond de son cœur un petit paquet qu’il se refusait d’ouvrir, beaucoup trop de chose les différenciaient il fallait se rendre à l’évidence. Elle possédait une destiné lourde en devoir, et surtout, elle était l’une des détentrices du sacrosaint Pouvoir des Trois, et ça, c’était peut-être le seul reproche qu’il pouvait lui faire.

    Pour la première fois depuis longtemps, Dorian Heimdall était perdu, il ne savait pas quoi faire. Il ne voulait pas être enchainé, mit en cage derrière les barreaux de l’amour, mais il n’arrivait pas à ne pas penser à elle, à sa peau, à son corps, et à cette façon qu’elle avait de gémir dans le creux de son épaule. Si Phoebe Halliwell avait voulu mettre le grappin dessus, elle avait réussit, il était crucifier sur place par son bon vouloir.

    Lentement, il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule afin de la regarder dormir. Non, il ne pouvait pas partir et la laisser encore une fois toute seule. Elle ne méritait certainement pas cela, mais d’un autre côté, qu’est-ce qu’il pouvait bien lui dire ? Et après tout, ce n’était qu’un coup d’un soir, non ? Bien qu’auparavant l’idée des jambes en l’air à la sauvette ne lui aurait rien fait, cette fois-ci - et il s’insulta mentalement - ça le dérangeait. S’il avait été l’objet de Phoebe Halliwell, il tomberait en quelque sorte de haut, d’habitude, c’était les autres qui étaient ses objets, et non lui…


    « Qu’est-ce que tu as foutu Dorian ? » Se murmura-t-il en se retournant à nouveau, appuyant les mains à plat sur le muret de pierre devant lui. « De toute les sorcières présentent en ce putain de monde, il fallait que tu t’entiches de celle qui incarne tout ce que tu es sensé fuir… »


    _________________________________________

    Nous semons dans cette vie, ce que nous récolterons dans les prochaines. Tel est notre Karma.

    avatar
    Phoebe Halliwell

    Féminin Nombre de messages : 3572
    Age : 31
    Age du personnage : Prémonitions, Lévitation, Empathie, Electrokynésie, Pyrokynésie
    Date d'inscription : 20/05/2005

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Phoebe Halliwell le Sam 9 Juin - 16:44


    L' aube, comme elle était agréable, Phoebe sentait les rayons caresser sa peau nue et ce corps près du sien, un rien de douceur et de force, un tout contre lequel elle se serait un peu, les paupières fermées et le souffle léger, pour profiter d' un sommeil s' échappant alors avant d' avoir à ouvir les yeux et revenir dans la réalité si brute soit-elle, et elle le serait, elle le savait.

    Quand ils étaient partis du club, Dorian n' avait cessé de l' étonner, la limousine et surtout, surtout, ce lieu si insolite, il était resté irréprochable, adorable, présent et surtout, comme elle le désirait, elle n' aurait put dire non.
    Mais ce lieu, cette merveille, l' Orient à portée de main, c' était un genre de cadeau magnifique, un espoir et un rêve, ce dans quoi on ne pense pouvoir avoir accès pour une aventure comme celle-là, puisqu' après tout, d' un commun accord sous entendu, c' était bien ce qu' ils avaient faits.

    Il y avait tout en ces lieux, et Phoebe avait bien du mal à comprendre comment cela était possible, y avait il de la magie? Non, ici elle était pure, sans utilisation quelconque, et cette merveille était simplement...Humaine.
    Parfaite et humaine, que dire de plus, elle s' était ensuite laissée portée, qu' aurait-elle put faire d' autre dans pareille circonstance? Et elle ne le regrettait pas.

    Et sous ce cerisier, elle vécut un moment des plus délectable, de ceux que l' on oublie pas quand le plaisir est commun, chose assez rare pour être soulignée dans ce genre de cas.
    De part en part, elle avait frémit, donné chaque instant et usé de ses mains pour rendre la pareille, pour passer de la féline minaudant à la plus cruelle, laissant ses ongles le parcourir avec douceur, et ne pouvant réprimer ses soupirs de passion et de plaisir.
    Oui tout avait été parfait, même cette union, et rien ne pouvait alors troubler ce genre de chose, pour l' instant.

    Comment se réveiller alors? Elle le sentie enfin se lever, et n' en prit pas note pour un bon signe, c' était surement l' heure d' arrêter cette perfection... surement.
    Il allait partir, et puis, elle trouverait comment rentrer, il se retrouverait plus tard et ne ferait que sous entendre ce qui s' était passé, c' était normal, ce genre de choses marchaient de cette facon, mais pouvait-elle s' imaginer les complications qui se présentaient?

    Elle venait à son tour d' ouvrir les yeux, et ne le voyait alors pas partis, il y avait peut-être de quoi s' étonner, mais déjà les yeux entrouverts, elle était foudroyée, foudroyée par son empathie, pourquoi ne la laissait-elle en paix que trop peu de temps? Elle les sentait, ses doutes à lui, et ne les comprenaient guere, normal, elle ignorait parfaitement les questions qu' il pouvait se poser.
    C' était bien le soucis de ce genre de chose, savoir que c' était alors présent, mais ne pas pouvoir savoir ce qu' il y avait réellement, la télépathie aurait-été pratique si elle avait possédé ce pouvoir, mais non, c' était violer des pensées sans droit, autant rester aux sentiments.

    Elle venait alors de se lever doucement, s' entourant du drap de soie qui la couvrait suffisament pour s' approcher de lui,au moment où il prononca ces mots.
    Qu' avait-elle donc pour qu' il dise ce genre de choses? Pour le coup, cela freine pas mal son avancée, elle stoppa d' ailleurs net cette dernière, le temps d' imprimer chaque mot.


    « -Je pensais que Dorian ne regrettait jamais rien? Qu' ai-je donc de si haïssable pour ne mériter qu' être fuit dis moi? »

    Oui bien sur, ce n' était certainement pas ce qu' elle aurait dut comprendre, non, elle aurait peut-être dut retenir le "entiche" ou le comprendre différemment mais non.
    Elle ne voyait alors que le fait qu' elle représentait ce qu' il fallait fuir, oui, ce genre de mots blessés pas mal, même beaucoup, ils ne lui rappelaient que le fait qu' en effet, il fallait peut-être la fuir, l' éviter, qu' elle n' incarnait rien de bon. Mais dans un effort, elle reprit son pas pour s' assoir près de Dorian.
    Le temps d' effacer cette douleur, elle fixa l' horizon, oui, c' était superbe, assez pour lui faire oublier ce qu' elle avait entendu, ses yeux rivés sur cette étendue, elle ne prononca alors plus un mot.

    Comment se faisait-il que lui soit dans cet état? Elle qui le pensait être l' homme pret à tout mais ne regrettant jamais, et surtout pas ce genre de choses, les galipettes, c' était un peu le credo que Dorian s' offrait, déjà quand il l' avait rencontré, on le comprennait très vite, il le faisait d' ailleurs comprendre.
    Alors pourquoi était-il animé de doute? C' était certainement à cause d' autre chose...
    Impossible il n' aurait pas prononcé ces mots.

    Oui Phoebe ne se souciait que de lui, mais c' était plus simple de chercher à comprendre ce qu' il arrivait à Dorian, cela l' empéchait de vivre un retour trop brutal dans la réalité.
    Oui ce n' était qu' un coup d' un soir et elle le savait, mais elle ne préférait pas subir tout de suite l' après coup.
    Autant se focaliser sur lui, elle observa donc un moment Dorian et déposa un baiser sur le coin de ses lèvres, sa facon de lui dire bonjour.


    _________________________________________
    avatar
    Sam Baldwin

    Masculin Nombre de messages : 201
    Age du personnage : 27 ans
    Date d'inscription : 16/03/2007

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Sam Baldwin le Sam 9 Juin - 18:44

    Confusion... tout n'était que confusion.

    Un lourd sentiment de honte envahit Dorian Heimdall lorsque Phoebe Halliwell le rejoignit. Non, ce n’était pas le fait d’être nu devant elle qui le dérangeait, ils avaient suffisamment exploré leurs deux corps pour les connaitrais par cœur, et n’en être plus gêner. Mais c’était plutôt le fait d’avoir été entendu par la sorcière dans ses réflexions qui était perturbant.

    Non, Dorian Heimdall ne regrettait pas cette nuit passé avec Phoebe Halliwell, il regrettait simplement tout ce qui allait en découler. A pied joins, il avait sauté volontairement du côté du Bien. Il ne pouvait pas le nier, il vacillait depuis un moment et s’unir de la sorte à Phoebe Halliwell, détentrice du Pouvoir des Trois, sorcière garante du bon équilibre du monde et de la surpuissance du Bien, signifiait beaucoup de chose, beaucoup trop de chose.

    Pouvait-il imposer à la jeune femme ses doutes et ses craintes ? Il ne ferait que la ralentir. A un moment ou à un autre, ils seraient en désaccord sur sa prétendue neutralité. Alors, pouvait-il – même s’il le désirait – continuer de la fréquenter ? Car il savait qu’en « aimant » Phoebe Halliwell, il pactisait avec le Bien. S’il ne pouvait la changer, et si lui ne désirait changer, s’il n’arrivait pas à accepter le fait qu’il puisse être obligé de choisir un camp un jour ou l’autre… comment tout ceci pourrait-il continuer ?

    Voilà les doutes de Dorian Heimdall. Il ne remettait pas en doute la magnificence de la sorcière, ni même son charme, mais simplement leurs convictions propres à chacun d’eux. Alors, un jour ou l’autre, Dorian savait que Phoebe Halliwell lui reprocherait son excessive passivité face au Mal qu’elle combattait, sans vraiment comprendre qu’il était difficile de changer tout ce que son éducation lui avait apprise.

    Tendrement, Dorian glissa une main dans les cheveux de son Halliwell, lui souriant affectueusement.
    « Tu es merveilleuse, Phoebe et tu le sais. » Murmura-t-il. « Je ne te fuis pas toi, mais tout ce que tu incarnes. » Dans ses grands yeux bleus se lisait toute l’affection, mélangée à la tristesse qu’il avait pour elle. « En me perdant dans tes charmes, ma belle, je me suis oublié là où je n’aurais jamais du m’oublier. »

    Dans un flot de mélancolie, vint le temps des confessions. S’il n’avait jamais été retrouvé Phoebe Halliwell depuis la nuit passé au pub Irlandais, si la clef de cette demeure était soigneusement rangée dans le fond d’un tiroir, c’était pour ne jamais devoir affronter le regard de cette femme, pour ne jamais à avoir à lui dire en face qu’il ne comprenait pas ses choix, et qu’il maudissait son pouvoir qui la rendait si importante pour l’Equilibre.

    Pourquoi ne s’était-il pas entiché d’une sorcière normale ? Pourquoi cette putain de partie de jambe en l'air lui laissait-elle un goût amer ? Pourquoi fallait-il qu’il éprouve ce désir toujours plus fort de jours en jours, de minutes en minutes, pour la seule sorcière capable de faire basculer son univers à jamais ? Oui, la nuit passer avec Phoebe avait changer quelques choses au fond du sorcier. La tête de Dorian était pleine de questions. Il était perdu, tirailler entre sa conscience et son désir pour Phoebe. La boite de Pandore était ouverte, et il avait bien du mal à la refermer.


    « Je ne veux pas te blesser, Phoebe. Et je ne veux pas t’imposer mes choix, mais c’est inévitable, nous allons à un moment où à un autre déteindre l’un sur l’autre… et puis, un jour, nous le reprocher. » Il se saisit de ses épaules, le visage face au sien. « Tu sais que pour moi, le Pouvoir des Trois est une mauvaise chose, alors brises-moi le cœur, Phoebe, que je puisse me persuader que tu n’étais qu’une garce et que c’était mieux ainsi. »

    Pourtant, il était évident que tout son corps et que tout son être n’était pas du tout d’accord avec ce qu’il venait à contrecœur de dire. Mais il fallait qu’il reçoive un coup, un violent, le genre de coup qu’elle savait si bien porter et qui castrerait un homme sur place. Car si elle ne le faisait pas, il sentait qu’il ne lui faudrait pas longtemps pour tomber amoureux d’elle, et ainsi se corrompre…


    _________________________________________

    Nous semons dans cette vie, ce que nous récolterons dans les prochaines. Tel est notre Karma.

    avatar
    Phoebe Halliwell

    Féminin Nombre de messages : 3572
    Age : 31
    Age du personnage : Prémonitions, Lévitation, Empathie, Electrokynésie, Pyrokynésie
    Date d'inscription : 20/05/2005

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Phoebe Halliwell le Sam 9 Juin - 19:58

    Elle venait de sentir sa honte et étouffa un soupir, comment faire? Pourquoi cette situation en était à ce point? Pour peu, elle aurait eu honte elle aussi, parce qu' elle se sentait simplement coupable de le voir ainsi. Les choses semblaient si complexes pour lui, alors qu' à force, Phoebe les trouvait simple.

    Il ne voulait pas choisir entre le Bien et le Mal, oui elle le savait, et suite à leur nuit dans ce pub irlandais, elle savait qu' elle ne devait pas non plus lui imposer sa vision du Bien, ce qu' elle s' efforcait de faire, après tout, elle avait bien vécu un long temps avec un démon, elle pouvait encore faire avec.
    Mais ce devait être troublant oui... Très.

    Allait-il donc décider de disparaitre? Pourtant, n' ignorait-il pas qu' en venant dans une telle ville où le bien et le mal s' affrontent sans cesse, avec brutalité et cruauté, qu' il ne pourrait toujours se positionner en toute neutralité.
    Alors allait-il même partir loin de cette ville? Repartir dans ses contrées ou tenter de s' éloigner de toute cette guerre? C' était peut-être ce qu' il fallait lui souhaiter, mais elle ne le voyait pas si lache, c' était impossible.
    Comment un homme comme lui, venu de si loin, pourrait faire ce choix? Et allait-il parvenir à tenir seul? Elle avait terriblement envie d' être là pour lui.

    Merveilleuse? L' était-elle vraiment? Non loin de là, c' est bien ce qu' elle pensait, elle se voyait comme terriblement cruelle, ignorant parfaitement que ce qui venait de se passer le mettait dans un tel état, ce dont elle avait envie à l' heure actuelle? Se caler dans ses bras et ne pas le voir subir ce genre de choses, non, qui méritait donc de tels doutes?
    Elle ne souhaitait cela à personne et surtout pas à lui.

    Elle apprécia sa main dans ses cheveux avant de la saisir dans les siennes et de le fixer un moment, que pouvait-elle donc bien lui dire?

    « Ce que je peux incarner, tu sais très bien que je n' en suis pas responsable, c' est bien devenu mon choix après avoir vu cette ville dans toute sa splendeur. En quoi te serais-tu oublié? Je n' oublie pas que tu es celui qui désire conserver sa neutralité et qui la gardera tant que nécessaire. »

    Oui, cette ville l' avait tant blessée, mise à vif, qu' elle avait dut accepter ce pouvoir et choisir d' oeuvrer pour un camp, c' était une question de responsabilités.
    Mais comment supporter l' idée que le fait seul d' avoir ce pouvoir pouvait la couper de quelqu' un?
    Comment accepter ce genre de choses? Elle allait finir par maudir elle même son pouvoir qui la menait toujours à des impasses ou a des moments bien trop complexes et désagréables.

    Comment pouvait-il oser lui demander de lui briser le coeur? Elle qui avait tant de douceur pour cet homme?
    C' était cruel, elle ne pouvait pas le faire et cela se sentait bien dans son regard plus que perdu, qu' avait-elle donc à faire? Que lui soufflait son instinct?
    Rien, il était teinté par son désir qui ne disparaissait pas et lui soufflait de le faire taire par une baffe ou un baiser.
    Sa raison, elle, lui demandait de le laisser seul, c' était peut-être mieux, mais peut-on se fier à un peut-être, et depuis quand Phoebe Halliwell est-elle devenue une femme de tête plutot qu' une femme d' instinct?
    Impossible donc de faire face, il fallait bien qu' elle réagisse, et elle se laisse guider.


    « Inévitable? Je pense savoir ce qui est inévitable Dorian, j' ai épousé un démon par le passé, parce que nous étions de camp opposé, les choses ont changé oui, mais explique moi pourquoi après ce soir les choses devraient te faire choisir un camp?
    Je n' impose pas le bien, je ne suis pas une publicité vivant, je ne vais pas te brandir une carte de membre "Bien", non je t' assure!
    Si un jour un choix se présente à toi, tu le feras seul, mais je n' ai pas à te pousser dans un sens ou l' autre. »

    Son visage face au sien, elle étouffa un soupir avant de le fixer longuement et de réagir à ses mots qui l' avait tant bouleversée.

    « Dorian, ma famille est un des rares soutien que je possède, tu peux le comprendre. Quand à te briser le coeur, comment oses tu me demander une chose pareille?
    Envoies donc au diable les Fondateurs, envoies au paradis cette stupide Source, mais ne me demandes pas ca! »


    Oui elle en était incapable, et comme son instinct lui indiqua, elle ne put s' empêcher de déposer un baiser sur ses lèvres, elle avait eu besoin de les sentir.
    Elle se sentait mal, que pouvait-elle donc bien faire? Comment l' empêcher de se corrompre? Elle l' ignorait, mes ses lèvres, un instant, l' avait au moins rassurées.
    Elle s' en détacha et baissa un peu plus le regard.


    _________________________________________
    avatar
    Sam Baldwin

    Masculin Nombre de messages : 201
    Age du personnage : 27 ans
    Date d'inscription : 16/03/2007

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Sam Baldwin le Sam 9 Juin - 21:21

    Si Dorian Heimdall était toujours à San Francisco, c’était que cette ville exerçait une fascination incroyable sur lui. Elle recelait tellement de secrets, tellement de savoir, qu’elle méritait qu’il s’y attarde. Et puis, maintenant, il y avait Phoebe Halliwell qui le retenait par ici.

    Le baiser que la sorcière déposa sur ses lèvres fut libérateur. Il vit s’envoler en une fraction de seconde de son esprit sa morosité. Très bien, il enverrait tout au diable. Dorian Heimdall irait là où sa conscience lui dira d’aller, et pour l’instant, elle lui hurlait de serrer fort contre lui la jeune femme, ce qu’il fit.

    S’il y avait bien une chose que Dorian savait faire, s’était se farder le cœur et l’esprit, et s’oublier là où il était bon d’oublier ses propres tourments. C’est ainsi, qu’il décida soudainement d’enfermer ses multiples questions et doutes. Ainsi, il se laisserait aller, ne regardant pas en face ses craintes. Car, s’il y avait une chose qu’il ne voulait admettre, c’était que quoique pouvait en dire Phoebe, rien que le fait qu’elle soit du côté du Bien, imposait ce choix au jeune homme.

    Ne venait-elle pas de dire qu’elle fut mariée à une époque à un démon. Elle ne ferait certainement pas deux fois la même erreur, alors, quel choix lui restait-il ? Tout ce qu’il ne savait pas sur la vie de la jeune femme aujourd’hui et qu’il apprendrait certainement un jour, le ferait inévitablement souffrir. Rien que l’idée qu’elle puisse, elle, sa Phoebe, avoir été la femme d’un démon, cela lui était insupportable, et s’il ne s’écoutait pas, il la repousserait d’un air horrifier. Mais le baiser qui continuait tendrement d’emprisonner ses lèvres le retenu et l’apaisa de cette étrange jalousie.

    Après tout, merde, quoi ! A quoi bon lutter ? Il se laisserait aller sans chercher à brider son désir. Il se laisserait porter juste par la vie, par sa destinée. Après tout, les bras de la belle Halliwell et ses lèvres valaient bien la peine d’une petite remise en questions.

    Même si tout était chamboulé dans le crâne du jeune homme, une chose était certaine, il ne voulait aucun mal à la jeune femme. Il avait une grande tendresse pour elle, et si elle avait besoin de lui, il serait là, même pour lui venir en aide contre le Mal. Car, il avait beau essayer de se convaincre qu’il était encore neutre, Dorian savait au fond de lui qu’il ne l’était plus depuis longtemps, et le fait qu’il puisse éprouver de l’amertume à savoir Phoebe passée un moment de l’autre côté, prouvait cela.

    Oui, c’était un fait, petit à petit, à cause d’Allan Smith, de Lao-Li Ma et surtout de Phoebe Halliwell, le Mal perdait dans l’esprit du jeune homme son étiquette d’une voie honorable comme une autre. Petit à petit, celui-ci devenait quelque chose de sale, quelque chose qu’on ne pouvait désaiment choisir. Le Mal commençait à être mal.

    Brisant le baiser, Dorian laissa échapper un sourire entiché.
    « J’ai toujours eux tendance à trop me questionner, Phoebe. » Avoua-t-il. « Au début, c’était un jeu de séduction, je me plaisais à te draguer, à essayer de te charmer… mais j’ai l’impression d’avoir dérapé. » Il se détourna d’elle, un peu honteux de s’ouvrir ainsi. « Durant des années, j’ai évité tout rapport trop étroit avec les deux camps, ne restant qu’avec des gens plus ou moins neutre, mais notre rencontre bouleverse tout ce que j’ai tenté de mettre en place. J’en arrive à vouloir mettre des bâtons dans les roues du Mal, alors que je n’en ai pas le droit. »

    Il se dirigea vers ses vêtements étalés un peu partout dans l’herbe, enfilant son caleçon, puis aussitôt son pantalon de toile noire. « Je voudrais vraiment Phoebe ne jamais attiser ta colère, mais tu le sais qu’à un moment où à un autre, si nous continuons à nous fréquenter, nous allons être en désaccord. » D’un mouvement d’épaule, il se tourna vers elle en fermant son pantalon. « Comment peux-tu supporter ma présence ? Tu sais que je suis partisan de ceux qui veulent que le Pouvoir des Trois disparaisse, non ? » Un demi regard méfiant. « J’ai l’impression que ce que nous avons fait entraine plus de conséquence qu’une bête baise qu’on aurait put avoir avec n’importe qui d’autre sur cette planète. »


    _________________________________________

    Nous semons dans cette vie, ce que nous récolterons dans les prochaines. Tel est notre Karma.

    avatar
    Phoebe Halliwell

    Féminin Nombre de messages : 3572
    Age : 31
    Age du personnage : Prémonitions, Lévitation, Empathie, Electrokynésie, Pyrokynésie
    Date d'inscription : 20/05/2005

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Phoebe Halliwell le Dim 10 Juin - 5:06

    Il semblait se calmer, comme il était bon de le sentir plus calme, sans ces doutes, sans ces choses qui troublait ce beau visage... Bon sang, elle se mettait à observer les traits de ce visage avec douceur et ne tarda pas à se reprendre, c' était certainement une mauvaise idée, une très mauvaise idée. Elle finirait par s' attendrir, par se laisser percer au coeur par un homme qui se troublait tant quand il avait pourtant ce qu' il voulait!

    Mais quand il la serra contre lui, elle put fermer un moment les paupières et cesser d' écouter les cris de ce stupide cerveau sans interet.
    Après tout, qu' importe ce qu' il advenait, elle était assez forte pour y faire face, pour toujours faire face, même si c' était alors à un homme, elle y poserait toute la force de son instinct qui ne la trompait que rarement sur ce genre de choses, voir même jamais, enfin, mieux valait ne pas s' avancer et ne pas penser à ce genre de choses.

    Et cette réaction...Oui elle profitait de ses lèvres et de ce retournement de situation, car il était agréable, car il était plaisant et étonnant, parce qu' après tout, cet homme n' était qu' étonnement et plaisir, et passions intenses.
    Cela allait-il la perdre? Qu' elle importance? Tout ce qui la taraudait alors était la question de ce qui se passait exactement à l' heure actuelle? Non, elle devait être un peu idiote pour ne pas comprendre pourquoi après cela, Dorian se posait tant de questions.

    Etait-ce de la jalousie qu' elle avait alors put ressentir quand elle avait parler de Call? Elle en avait sentit un soupcon oui, un soupcon évaporé dans leur baiser.
    Mais impossible d' empêcher un léger sourire, de satisfaction? de plaisir? d' étonnement? Elle l' ignorait parfaitement, après tout, hors de question de laisser son esprit parler, elle laissait place à l' instinct toujours, il semblait plus salvateur.
    Bien sur, bien sur, il restait toujours un peu de logique, mais juste suffisante, elle n' irait pas jusqu' à l' écouter!

    Bien sur, Phoebe se fardait encore de ses belles utopies, de ses idées de le laisser dans sa neutralité, comment ouvrir les yeux pour ce genre de choses? Elle ignorait parfaitement sa situation, elle en avait vécu une bien différente, dans un autre pays, dans une autre éducation.

    Se questionner, trop se questionner... Bien entendu elle le comprenait, elle n' était pas mieux, mais parfois, autant ne pas le faire.

    «-Autant parfois laisser parler l' instinct... »

    Oh bon sang, elle parlait comme sa grand mère! Elle ne put s' empecher de laisser échapper un petit rire avant d' entendre les mots de Dorian.

    «-Dérapé? Parce qu' avoir ce que tu désirais c' est déraper? Etrange. Et puis, tu n' as pas à te méler des affaires du Bien et du Mal elle ne te concerne pas, et je te souhaite que cela ne t' arrive pas.
    Tu es assez futé pour éviter ce genre de chose. »


    Après avoir prononcé ces quelques mots, elle se leva à son tour, laissant glisser le drap de soie sur sa peau pour mieux se retrouver nu avant de retrouver sa lingerie.
    Bien entendu, elle prit un malin plaisir à prendre assez de temps à la remettre pour dévoiler encore ses formes, avant de remettre sa robe, si courte soit-elle, elle la couvrait un peu.


    «-Les désaccords, ce sont des choses qui arrivent, pour tous, dans toute situation, pourquoi t' en fais tu autant?
    Et puis, je peux comprendre ce désir de voir disparaitre notre Pouvoir, je peux le comprendre, comme tu comprendras peut-être le fait qu' il n' ai en réalité pas besoin de ne plus exister, mais qu' il soit en réalité util. »


    Bien entendu, elle comprenait, c' était difficile à penser qu' un tel pouvoir pouvait exister et subsister, mais il suffisait alors de l' observer pour mieux saisir son importance.
    Les Halliwell étaient bien placées pour le savoir, elles l' avaient assez brisé pour comprendre leurs erreurs et le conservé ou le rechercher à nouveau.


    «-Des conséquences? Je n' en vois pas, lesquelles vois tu donc qui m' échappent tant?. »


    _________________________________________
    avatar
    Sam Baldwin

    Masculin Nombre de messages : 201
    Age du personnage : 27 ans
    Date d'inscription : 16/03/2007

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Sam Baldwin le Ven 15 Juin - 14:44

    Ouais, mais si sans cesse le Pouvoir des Trois persistait à se briser, c’était sans doute qu’il devait le rester… briser. Ce que ne voulait comprendre Phoebe c’était qu’il était bien trop dangereux, bien trop vulnérable. Devait-on sincèrement ne rien faire face à cela ? Devait-on accepter que ce pouvoir passe d’un camp à un autre au gré des humeurs changeantes des Halliwell ? Il était peut-être temps d’y mettre un terme une bonne fois pour toute, et d’imposer à ses sorcières cette inévitable fait.

    Même s’il éprouvait de forts sentiments d’affection pour la Halliwell, même si tout son corps et son cœur lui hurlait de veiller sur elle, il en était tout autre pour le pouvoir qu’elle possédait. Si demain, on lui laissait le choix, il détruirait de ses propres mains cette épée de Damocles qui planait depuis bien trop longtemps au dessus de la tête de l’Univers.


    Voilà ce qui le mettait mal à l’aise. Aussi fort qu’il pouvait désirer la Halliwell, cela ne suffirait pas pour qu’il ne la trahisse pas un jour. Alors devait-il continuer de la fréquenter ? Ou était-il plus sage de la laisser en paix, car inévitablement un jour ou l’autre, leurs convictions s’opposeraient.

    Malgré l’incertitude dans laquelle il était plongé, il ne suffit que d’un regard vers la femme pour balayer toutes ses idées noires. Qu’une seule et unique attention de la part de la belle Phoebe pour réveiller la passion de l’homme qui sommeillait en lui. Tout en boutonnant sa chemise il se dirigea vers elle afin d’apaiser son envie de gouter à nouveau ses délicieuses lèvres dont il n’arrivait pas à se rassasier.
    « Ne parlons plus de ça Phoebe. » Lui murmura-t-il une fois le baiser brisé, son front collé au sien.

    « L’air de rien, je ne suis pas très douer pour le “après” galipettes… » Un demi-sourire benêt dans la confidence. « Que convient-il de faire maintenant ? Je ne voudrais pas outrer la délicieuse femme avec qui j’ai passé la plus belle de toutes mes nuits, avec mes manières de rustre irlandais. »

    Lentement, il glissa une main le long de la hanche de la jeune femme, la tirant à lui une nouvelle fois afin de presser son divin corps contre le sien, puis avec tendresse, il déposa ses lèvres dans son cou qu’il embrassa.
    « Une idée me passe par la tête… mais tu dois certainement partir rejoindre la réalité et tes nombreuses obligations… »


    _________________________________________

    Nous semons dans cette vie, ce que nous récolterons dans les prochaines. Tel est notre Karma.

    avatar
    Phoebe Halliwell

    Féminin Nombre de messages : 3572
    Age : 31
    Age du personnage : Prémonitions, Lévitation, Empathie, Electrokynésie, Pyrokynésie
    Date d'inscription : 20/05/2005

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Phoebe Halliwell le Sam 16 Juin - 22:38

    Pourquoi, pourquoi ne pouvait-il donc pas comprendre ce pouvoir? En saisir les nuances et savoir que simplement, tout cela ne faisait que dépendre du bénéficiaire? Qu' elle et ses soeurs avaient des hauts et des bas mais au moins, elles permettaient clairement à un équilibre du bien et du mal.
    Que malgré leurs erreurs, elles parvenaient toujours à se reprendre, oui, le combat obligeait parfois à faire des choix qui semblaient étouffant, à oublier, mauvais...

    Mais après tout, tant pis, elle ne devait pas lui faire comprendre cela, un jour, il le verrait bien par lui même, un jour, seul, il comprendrait cette fausse idée qu' il pouvait se faire du pouvoir des 3, et Phoebe n' aurait aucun mot à prononcer.
    Oh oui, cela elle l' espérait, elle n' aimait pas cette sensation d' incompréhension présente entre eux, c' était... désagréable, très.


    Mais après tout, qu' importe, mieux valait ne pas se laisser aller à la facilité, et tout ce mystère que représentait alors Dorian ne pouvait que la faire s' approcher un peu plus, une facon de froler ce qu' elle ne pouvait comprendre et vivre.
    Non ce n' était pas sur le bien qu' elle voulait l' attirer, certainement pas, mais plutot au creux de ses bras, contre elle.

    Ses lèvres s' étaient alors posées sur les siennes et elle esquissa un léger sourire tout en appréciant chaque seconde, les paupières légérement fermées, avant de les ouvrir à nouveau et de les déposer encore sur Dorian.
    Ne plus en parler, oui c' était une solution, et elle ne prit pas le temps d' y répondre, déposant à son tour un léger baiser sur ses lèvres, une facon d' être à "égalité" peut-être, après tout, ou alors elle ne pouvait certainement pas s' en passer.


    « -Parce qu' il faut être doué pour ce genre de choses? Je ne le savais pas»
    Elle avait étouffé un rire en observant avec un rien de tendresse ce petit sourire que lui aussi affichait.
    Que lui prenait-il donc pour éprouver autant de tendresse pour cet inconnu? Enfin... Ce presque inconnu.


    « La plus belle de toutes tes nuits? Hum, quel vilain mensonge Dorian...
    Mais après tout, si elle était si belle, nous n' avons qu' à réitérer plusieurs fois...Si tu le désires. »

    Parce qu' après tout, oui elle le désirait, et cette main sur ses hanches, ses lèvres sur son cou, elle ne put que faire échapper un frisson le long de son échine pour ensuite déposer ses mains autour de son cou.
    Oh oui, elle ne pouvait se réprimer, oublier encore et encore ses envies, qu' importe ou cela pouvait mener .


    « -Non je suis plutot prête à entendre ton idée, rien ne m' oblige à partir, rien... »


    _________________________________________
    avatar
    Sam Baldwin

    Masculin Nombre de messages : 201
    Age du personnage : 27 ans
    Date d'inscription : 16/03/2007

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Sam Baldwin le Lun 18 Juin - 21:12

    Son idée ? Il était évident qu’il n’avait qu’une seule et unique idée en tête, c’était de la déshabiller à nouveau et de se complaire à lui faire l’amour sous ce cerisier. Mais des bruits de pas plus loin dans le jardin stoppèrent l’exploration qu’entamèrent ses lèvres dans son cou. A contrecœur, mais les yeux pleins de promesse, il libéra la jeune sorcière, continuant de se rhabiller.

    « Bien que l’idée de te refaire une fois encore l’amour serait pour moi un véritable honneur… » Il jeta un coup d’œil à la vieille chinoise en tenue traditionnelle qui s’avançait sur l’un des sentiers de pierre en les fixant d’un air outrée. « Ce jardin hélas va commencer petit à petit à se peupler, et je doute que les habitants de l’immeuble de Monsieur Hiro soient disposés à nous laisser un peu d’intimité. »

    Tombant sur le drap de soie, il entreprit d’enfiler ses chaussures, lassant les lacets consciencieusement, avant de relever la tête dans la direction de la Halliwell. « Au faites ? » Un demi-sourire espiègle. « Si ça n’avait été moi ? Ça n’avait été un autre qui aurait passé la nuit dans tes bras ? Non pas que je sois jaloux, juste que je m’interroge sur les raisons qui on poussés une femme comme toi dans les bras d’un type comme moi qui n’est pas franchement le mec idéal. C’était pour fêter quelle occasion ? » Un rire. « Où alors les sortilèges lancées furent si puissant qu’ils t’ont carrément éblouie. »

    Rayonnant de bonheur, Dorian ne pouvait s’empêcher de sourire et de la regarder avec espièglerie. Oui, il se demandait ce qu’avait poussé la grande Phoebe Halliwell à se complaire ainsi durant une nuit dans les bras du jeune fils du Temps. Curieux, il l’était mais sacrément fier également il se sentait d’avoir été choisi entre tous.


    _________________________________________

    Nous semons dans cette vie, ce que nous récolterons dans les prochaines. Tel est notre Karma.

    avatar
    Phoebe Halliwell

    Féminin Nombre de messages : 3572
    Age : 31
    Age du personnage : Prémonitions, Lévitation, Empathie, Electrokynésie, Pyrokynésie
    Date d'inscription : 20/05/2005

    Feuille de personnage
    Pureté de l'âme: Claire

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Phoebe Halliwell le Mar 19 Juin - 9:28

    Comment ne pas sourire et s' amuser de la situation? Oui ca avait un petit coté comique, Phoebe qui tentait parfois de conserver un coté sobre et unique avait pour une fois osé et se révélait presque nue comme un verre devant des gens d' un pur traitionnalisme.
    Elle en rit alors un moment avant d' aller remettre sa robe tout en répondant à Dorian, sans le regarder, trop occupée par l' exploration intense de sa tenue qu' elle avait du mal à mettre.


    «-Tant pis dans ce cas... Je vais devoir rentrer comme une bonne mère pour m' occuper de mes bambins avant d' aller au boulot, retour à la vie...»

    Elle avait étouffé un soupir avant d' ouvrir de grands yeux, elle n' avait jamais parlé de ses enfants, et quelle idiote avait-elle été de le faire!
    Des enfants concus avec un actuel démon, mort pendant la bataille, comment allait donc réagir le pauvre Dorian?
    Si seulement parfois elle pouvait apprendre à se taire, si seulement.


    «-Je... Hum, bref, fais comme si je n' avais rien dit... »

    Quoi? Que pouvait-elle donc lui dire d' autre? Mais heureusement sa nouvelle question venait désormais se poser et cela empecherait peut-être de revenir au sujet des gosses, avec un peu de chance, il n' avait pas entendu, trop occupé à s' habiller....

    « -Pour fêter? Non j' en avais simplement envie, ma vie s' améliore, alors pourquoi encore me braquer?
    Et puis, je crois que j' avais à nouveau besoin de me sentir Femme, ce qui est arrivé cette nuit.
    Et puis, ne te plainds pas, tu étais consentant après tout »


    C' était à son tour de rire avant de prêter attention à ses mots sur les sortilèges.
    C' est vrai, il en avait utilisé pas mal ce soir là.


    « -Oui tes sortilèges, prends garde, ils risquent de te retomber dessus, tu connais le prix à payer pourtant, alors pourquoi en avoir fait autant?
    Et puis, si c' est ce que tu veux entendre, et je le pense, oui j' en avais envie, avec toi, tout simplement. »


    Elle lui offrit alors un sourire et un clin d' oeil avant de remettre ses escarpins et de mettre une petite veste sur ses épaules.
    Oui ca avait été un beau moment, il n' y avait pas à dire, et tout la poussait alors à réitérer.
    Phoebe redevenait-elle donc celle qu' elle avait toujours été? Une femme passionnée, surement.


    _________________________________________

    Contenu sponsorisé

    Re: Un jardin orientalisant (Phoebe Halliwell)

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 14 Nov - 3:45